Voyages en Espagne 2013

Voyages en Espagne 2013

Share Button

Décembre 2013

Lundi 2 décembre

C’est avec une demi heure d’avance que l’avion se pose à Séville. Ici, il fait « frisquet » comme on dit chez nous.
François et Karine sont du voyage, le dernier voyage de 2013 …
Chacun de nous travaillera à des endroits différents : Karine travaillera en salle d’op, François près de ses « petits formats » et moi, comme d’habitude près des « longs nez ».

Mardi 3 décembre

Comme à chaque fois, le même rituel : visite auprès des galgos et des petits pod, visite sans laquelle il nous impossible de commencer la journée : il manquerait quelque chose d’essentiel, c’est notre moteur …
Voilà, … je rejoins Karine pour sa première journée en salle d’op, je lui sers d’interprète … très vite elle prend ses marques et pour elle la journée va passer au rythme des stérilisations et des castrations.
Quant à moi, ma liste est prête : aujourd’hui ce sera une journée avec « les filles ».
Toutes plus belles les unes que les autres …
François me rejoint, sa caméra à la main, il va filmer les évaluations.
Dans le patio, 6 galgas : Dulcinea, Raya, Maria del Mar, Lucia, Pamela sans oublier Runa qui s’est invitée.
Et oui, ce que Runa veut … je le peux !
Les galgas sont formidables, tout se passe au mieux. Elles évoluent dans le patio sans le moindre problème.
Dulcinea est là, contre moi, tout contre … impossible de bouger car très vite je suis littéralement encerclée : Maria del Mar, Lucia, Raya sont là aussi. Et puis il y a Pamela !
Pamela : elle parle !… Elle me regarde et module sa voix, bien sûr, je ne comprends pas tout mais je pose ma main sur son dos et instantanément, elle se tait … C’était donc ça …
Et bien sûr, tout cela sous le regard de Runa, la grande observatrice.
Nous resterons là tout cet après-midi.
19 heures : nous nous racontons notre journée : celle de Karine se résumera au nombre de castrations et stérilisations : stérilisations 2/castrations 3, celle de François et la mienne, au nombre d’évaluations.
Aujourd’hui, le téléphone du refuge n’a cessé de sonner, les dénonciations se succèdent. Des anonymes appellent pour que les volontaires aillent rechercher des galgos maltraités chez l’un ou l’autre galguero …
Il y a ce galguero qui appelle pour que nous allions rechercher une galga ; elle est chez lui depuis deux ans, il n’en veut plus … si nous ne la récupérons pas dans l’heure, il va la tuer…
Il y a ce passant, qui appelle … Une galga attachée par une corde est en train de se faire martyriser sous son regard impuissant …
« On lui jette des pierres … le chien a très mal … écoutez comme il crie ! » dit-il.
Et il y a nous … qui entendons les cris déchirants, les hurlements de la galga. Nous tentons de garder suffisant de calme pour bien enregistrer où cela se passe, Miguel se rend sur place mais il est trop tard … Les bourreaux ont disparu, la galga est parvenue a arracher sa corde, elle s’est réfugiée dans un endroit tellement exigu qu’il est impossible de la récupérer … aujourd’hui.

IMG_5895 IMG_6253

Mercredi 4 décembre

Dès 9h30 le boulot de Karine reprend en salle d’op.
Pour François et moi, ce sont les évaluations qui reprennent : aujourd’hui celles des « garçons » avec de temps à autre une fille qui viendra rejoindre les parties de jeux et « pimenter » le tout !
Les garçons aussi sont tous plus beaux les uns que les autres.
Ils sont sociables et posés, ils sont de vrais « pot de colle » …
Malgré le soleil, il fait froid et le vent est piquant.
Tout s’enchaine, à 14 heures, c’est l’heure de la pose, nous nous racontons notre matinée.
Karine a stérilisé deux femelles et castré un mâle … François et moi avons testé trois mâles … et quels mâles !
C’est Alain qui a commencé les « hostilités » très vite rejoint par Maëlle et Nieve les belles blanches sans oublié notre adorable petit Lucky, arrivé chiot au refuge et toujours là deux années plus tard !
Le courant passe bien entre eux … Ensuite Grey, Jerom et Boss rejoindront le patio et joueront les stars sous les crépitements de mon appareil photos et la camera de « tonton François » qui le temps des évaluations nous joue « Claude Lelouch » non au rythme des « chabadas badas » mais bien au son de mes : « allez court plus vite, … Oh oui, encore un gros bisou … »
Et oui, c’est peut-être moins « fun » mais vous verrez, avec la musique … ce sera encore mieux !
19 heures : pour nous, encore une journée qui s’achève bien trop vite … il y a tant, il y a trop de choses à faire.

IMG_5544 IMG_5488

Jeudi 5 décembre

C’est notre dernière journée au refuge…
Dès 9 heures 30, Karine s’en va en salle d’op, François et moi, partons vers le patio et terminons les évaluations.
L’après-midi, nous sortons les galgos qui sont déjà sur notre page à l’adoption. Dans le patio, « ça déménage », les galgos courent, jouent ; ils s’amusent comme des fous et nous, nous sommes fous de joie !
Même Roman, le podenco se joint aux jeux des galgos.
Les heures passent … la nuit tombe et nous sommes contraints de rentrer les derniers galgos dans leurs enclos.
Allez, juste encore un gros câlin avec Matias, le beau mâle blanc, tellement affectueux.
Karine, toujours en salle d’op, elle termine sa dernière castration, Tatiana (auxiliaire vétérinaire au refuge) fait du rangement dans la salle de soins, Ricardo(éthologue) termine ses derniers encodages, Sonia (réceptionniste) et Antonio(web master) accrochent au sapin quelques boules … ici aussi on prépare Noël.
C’est l’heure des aurevoirs, déjà nous nous souhaitons le meilleur pour 2014 et surtout nous nous promettons de très vite nous revoir.

Vendredi 6 décembre

Il est un peu plus de 7 heures lorsque nous quittons le refuge, nous prenons la direction de l’aéroport.
Tous les trois, nous partons satisfaits du travail accompli et plus riches de nouveaux souvenirs.
Patricia

Voir toutes les photos ici … dropbox


 

Novembre 2013

Lundi 11 novembre

Ce voyage n’était pas prévu mais après une longue conversation avec Isabel et Pepe (responsables du refuge), je ne pouvais faire autrement que d’être là en novembre.
Les galgos arrivent par « poignées », plus de 100 sont arrivés la semaine dernière …
C’est la fin du « championnat » de la chasse de Séville et les moins performants sont immédiatement « déclassés ». Oui, déclassés … ou tués.
Je sais également que les perreras sont pleines et que deux fois par semaine, Miguel va s’y rendre afin de sortir de ces « couloirs de la mort » comme ont les appelle communément, galgos et podencos.
Je suis dans l’avion, nous volons à présent au-dessus de gros nuages blancs, on dirait de l’aoute … et je laisse divaguer mon esprit …
Oui, la perrera est une sorte de chenil ; lorsque le galgo ou le podenco y entre, il n’y restera pas plus de huit jours, ensuite dans le meilleur des cas, il sera gazé ; parfois il sera congelé vivant …
Lorsque nous nous rendons dans une perrera, nous ne savons jamais si nous pourrons sortir ou pas les galgos (ou podencos). Très souvent cela dépendra de l’humeur, du bon vouloir de ses responsables. Ainsi, jamais nous ne saurons quel chien est programmé à l’euthanasie, pensez donc … pour nous c’est le jeu de la roulette russe.
Je crois que le plus marquant, lorsque l’on arrive devant les portes des perreras, ce sont les pleurs et les supplications … ils savent que leur dernière heure est arrivée.
Nous passons devant eux, mais aucune indication ne nous permet de connaitre sa date d’entrée aussi nous ne savons pas quel jour son euthanasie est programmée. Nous entrons dans les enclos, les caressons, les réconfortons, … et négocions la sortie d’un tel ou d’un tel avec cette épouvantable question qui ne cessera de nous tenailler l’esprit : « pourquoi celui-ci et pas l’autre ? »…
Je ne peux m’empêcher de repenser à ma première visite dans une perrera. Lorsque la voiture s’était arrêtée devant les grilles, j’avais les jambes qui tremblaient. Tiraillée entre deux sentiments, celui de sauver les uns d’une part et d’autre part, celui de ne pas sauver les autres.
Romy ! Elle était là cette fois là, celle qui allait devenir ma galga. Elle était recroquevillée dans un coin de l’enclos. Elle était maigre, le regard hagard, … Elle venait de mettre bas quelques heures plus tôt et ses chiots venaient de lui être arrachés, immédiatement euthanasiés … Et Romy n’y comprenait rien, elle les avait portés, elle les aurait aimé ses petits . Non, Romy n’y comprenait rien à la cruauté des humains !
Soudain, une voix nous annonce notre imminent atterrissage, … dans une heure, tout au plus, je serai au refuge !

Mardi 12 novembre

Un premier jour au refuge doit toujours commencer de la même façon : faire les courses ! Savoir que quoiqu’il arrive, nous ne manquerons pas !
Ensuite, incontournable passage dans les enclos afin de saluer les anciens, s’assurer qu’ils vont bien, à d’autres, leur glisser dans l’oreille que bientôt ils seront dans leur nouvelle famille et enfin, rencontrer ceux qui dès demain viendront agrandir notre page des galgos et podencos à l’adoption.
Il est déjà 14 heures, avec Miguel et Isabel, nous partons en mission de sauvetage.
Nous prenons la direction de Malaga, il fait très chaud. Durant le trajet, notre « indicateur » nous appelle très souvent … il s’impatiente de notre arrivée. Ca y est, nous y sommes. C’est à la terrasse d’un café qu’il nous attend, à quelques mètres de lui, une galga blanche est attachée court, très court …
« Ah, vous voilà enfin ! » nous dit-il tout en s’approchant de la chienne.
« C’est elle, c’est la galga de mon cousin, il n’en veut plus, … elle a la patte fracturée » …
Un homme nous interpelle, il était assis à la terrasse …
– « Moi aussi j’ai des galgos, vous les voulez ? Hier, la garde civile est venue chez moi, je dois me mettre en règle avec mes chiens … Lorsqu’ils reviendront, ou je suis en règle ou j’ai une amende à payer … alors, ou vous me les prenez ou je leur met une balle dans la tête ! ».
Il traverse la rue, à l’arrière d’une voiture est attachée une remorque … de celle-ci il sortira 6 galgas !
Nous nous remettons en route car nous savons qu’à quelques kilomètres de là nous devons sauver une autre galga qui vient de mettre bas.
Nous stoppons les camionnettes, Miguel se dirige le premier pour tenter d’attraper « la mère » … ça y est, elle est à ses côtés. Il faut maintenant attraper ses chiots ….1, 2, 3, … Isabel va le rejoindre, nous n’aurons pas trop de bras. 4, 5, …7 !
Lorsque nous refermons les portes, Miguel me regarde en riant et me dit : « et tu as même photographier les galgueros, et sans te cacher ! » …
Il est 19 heures lorsque nous rentrons au refuge, les volontaires nous attendent … Moment d ‘émotion pour chacun de nous : ils sont sauvés !
Cette nuit, 8 galgas et 7 chiots de plus me tiendront compagnie au refuge …

IMG_3369 IMG_3382

IMG_3384 IMG_3389

Mercredi 13 novembre

Je commence les évaluations de bonne heure, je sais qu’au meilleur de la journée, la température sera encore de près de 30°.
Nutella et Flamenca sont les premières à jouer « leur star » sous le regard étonné des autres galgos présents dans le patio.
Flamenca n’est jamais « en reste », elle aime jouer, surtout avec la balle. Flamenca aime la rattraper et puis venir la déposer dans ma main.
Nutella est plus petite, c’est celle que l’on veut protéger. Nutella aime venir, très délicatement, comme pour ne pas déranger, chercher les caresses.
Il fait déjà chaud, beaucoup trop chaud et à leur façon, les galgos me le font savoir. Même Flamenca qui d’habitude est de tous « le coups » est couchée .. sympa les filles !!!

IMG_3453 IMG_3625

Les évaluations s’enchaineront : Tamara, l’ autre jolie noire, m’observe, couchée à l’ombre. Je dois faire preuve d’imagination pour que la princesse daigne sortir et poser sur les photos.
Il y a aussi Daysi à la robe si particulière, Merce, la boule d’amour et la discrète : Atenea.
Avec elles 6 je reste une bonne partie de la journée, je prends énormément de plaisir … Elles sont FOR.MI.DA.BLES !
De loin, j’aperçois la camionnette de Miguel qui arrive dans l’enceinte du refuge. Ca y est, le moteur est coupé, je suis impatiente de découvrir les galgos qui se trouvent à l’intérieur : 6 beaux garçons !
Maintenant, c’est à leur tour de passer au shampooing, au déparasitage, à la pesée et à la prise de sang sans oublier l’incontournable « casse-tête » du choix d’un nom. A présent, ils vont rejoindre le quartier de la quarantaine, un beau collier autour du cou avec leur nom écrit dessus.
C’est le moment « magique », celui du départ vers une nouvelle vie…
Je rends également visite à White ; il est à la page des parrainages, soigné pour une maladie de peau. White va beaucoup mieux. Je lui dis qu’il est beau … il me fait un câlin : c’est gagné !
Ensuite, visite à notre rescapée de la veille … très occupée avec ses petits. Les uns dorment, les autres tètent, un autre coincé dans son dos aimerait s’extirper mais n’y parvient pas…

IMG_3639 IMG_3640

La journée défile, pas le temps de tout faire … Visite à la quarantaine, je vais voir les autres galgas sauvées la veille. Nieve la blanche et Nadia reconnaissantes, m’accueillent. Je les emmène dans le patio, moment de tendresse, partie de jeu, course et incontournable séance photos.
La nuit tombe très vite, il est presque 19 heures, mes évaluations de la journée sont terminées.

Jeudi 14 novembre

Je dois faire l’évaluation d’Ursula, c’est par elle qui je commence ma journée. C’était le dernier sauvetage de mon dernier séjour mais, à peine arrivés au refuge, je devais prendre le chemin de l’aéroport et pas le temps de faire davantage connaissance.
J’étais allée la voir hier, elle partage son enclos avec Bartolo … Lorsque j’étais entrée les saluer, impossible d’approcher Ursala. Ce n’était pas faute de bonne volonté de notre part mais le grand Bartolo nous barrait le passage, il sautait, me léchait le visage. Maladroit, il tricotait avec ses grandes pattes, glissait et puis tombait. Alors aujourd’hui, j’ai fait « diversion» et profité d’un moment d’inattention de Bartolo pour sortir Ursula qui elle, avait tout compris … Et oui mon Lolo, on t’a bien eu !
Ursula est métamorphosée, son poil brille dans le soleil, ses yeux pétillent … elle est heureuse et cela se voit. Elle se prête au jeu des photos, le temps passe et moi, je passe à l’évaluation suivante et m’occupe de Maura. Dans le grand patio, Maura joue avec deux autres galgos, elle court, s’amuse …
Je rends également visite à Roulo, Bombon, Nicolas, Patrick, David et Peter2 : je les évaluerai demain ; ce sont 5 des mâles arrivés la veille.
Un sms arrive, Cécile me confirme l’adoption d’Ursula …
Cet après-midi, nouveau sauvetage. Nous avons rendez-vous avec des galgueros qui doivent nous abandonner leurs galgos. Une heure de route et nous sommes sur place. Là, les uns après les autres, ils nous laissent les galgos, Isabelle leur remet un document attestant qu’ils se sont séparés de tel et tel galgo … ils échappent à une amende, les galgos échappent à la mort !
Deux galgueros m’invitent à entrer chez eux, me font fièrement visiter l’endroit de vie de leurs chiens. – « Ici, c’est leur pièce commune et là, et bien, c’est là qu’ils dorment … ils sont bien, ne trouvez-vous pas ? ». Tu parles, je n’y mettrais pas mon pire ennemi mon bon, au moins ils ont un toit sur la tête !
Dans la rue, d’autres galgueros rentrent d’avoir été faire courir leurs galgos, ils se laissent photographier, un autre tourne la tête afin qu’on ne voit pas son visage. Ensemble, nous parlerons.
« Vous voyez, c’est celui-ci qui sera champion cette année ! » me dit l’un d’eux … « mais non, ce sera le mien … » lui répond un autre.
En vertu de quoi l’un sera-t-il meilleur qu’un autre ? De RIEN !
« Le mien sera champion parce qu’il court bien », « le mien court plus vite que le tien, donc le mien sera le champion » ; pour le troisième, son galgo saute aussi haut que le lièvre quand il court … il est donc le meilleur.
Ici donc aucune règle, ce n’est pas comme au tennis ou au foot, les points ne se marquent pas par un goal ou un ace. Il n’y a pas de carton rouge, il y a des coups !!! A quoi tient la mort du galgo … à l’imbécilité de certains humains !
J’ai du mal à garder mon calme … mais mes yeux croisent ceux des galgos et immédiatement je reprends mon sang froid.
« Mon galgo vous plaît, n’est-ce pas ? » m’interpelle l’un d’eux
« s’il n’est pas bon cette année, je vous le donnerai l’année prochaine ! »
Je ne sais ce que je dois espérer …
Je ne peux m’empêcher de repenser à cette galga bringé, Désirée, elle a ramassé un de ces coups sur la tête qu’elle en a la boîte crânienne déformée …
Il commence à faire nuit, nous rentrons au refuge avec 16 autres galgos, un podenco et un croisé doberman qui errait, paraît-il, depuis 6 mois.
Il est 20h30 lorsque nous terminons de décharger tous les chiens … nous sommes tous exténués !

IMG_4005 IMG_4036

IMG_4070 IMG_4038

Vendredi 15 novembre

C’est au rythme des évaluations que va s’écouler cette journée.
D’abord, je vais chercher Maelle et Romeo. Eux, c’est à la fin du mois d’août qu’ils sont arrivés au refuge. Maelle avait de l’embonpoint, elle était réservée … : je l’appelais ma « sauvageonne ».
Romeo, quant à lui, était déjà affectueux et prêt à (re)faire confiance.
A mon arrivée, cette semaine, lorsque je suis passée devant l’enclos de Maelle, je ne l’ai pas reconnue tant son physique a changé.
Par conséquent, nouvelles photos de la belle Maelle et du doux Romeo.
Ces deux là, ils ne se quittent pas, c’est Romeo qui a trouvé sa « Juliette ».
Je passe un long moment avec eux, un très long moment. C’est simple, je n’ai pas vu le temps passer ; il est 15 heures et François qui me rejoint aujourd’hui arrive à Séville dans une demi heure.
De retour au refuge, je repars en évaluation, François m’accompagne.
Je lui présente Peter2 ainsi que Patrick et David, arrivés quelques jours plus tôt.
Séances câlins, courses et jeux dans le patio : la nuit tombe vite, trop vite !

IMG_4285 IMG_4360

IMG_4178 IMG_4573 

Samedi 16 et dimanche 17 novembre

Deux journées au cours desquelles les évaluations vont s’enchaîner : Macarena, Vela, Pandora, Aurora, Bombon, Rulo, Nicolas, Peter et Alberto. Ensuite Leon, Tati et Liby.
En cette mi-novembre, le refuge est à saturation et nous sommes pessimistes pour les prochains mois ; on nous annonce une véritable « hémorragie » !…
Dimanche, il est 16 heures lorsque François et moi quittons le refuge ; un dernier regard : devant moi, là-bas, tout au fond dans l’enclos, Macarena, Vela et Aura … le nez sur le grillage, elles m’invitent à les rejoindre … je dois partir, surtout pas me retourner …

IMG_4964 IMG_5245

Voir toutes les photos icidropbox


Octobre 2013

Lundi 30 septembre

14 heures à l’ aéroport de Charleroi : c’est le rendez-vous que nous nous étions fixés.
Après un passage obligé par l’embarquement, la traditionnelle vérification du poids, de la dimension de nos bagages et bien sûr, les quelques frayeurs d’usage lorsque l’on voyage avec un vol R… enfin nous embarquons.
Deux heures trente plus tard, Karine (la vet), François et moi arrivons à Séville.
Bien que le thermomètre annonce encore 24° à presque 20 heures, le temps est à la pluie.

Mardi 1er octobre

Ca y est, le séjour peut enfin commencer ! Les courses sont faites dès l’ouverture des magasins, le frigo est rempli … nous pouvons tenir un siège !
Voilà … c’est le début des évaluations.

Dama la superbe blanche tachetée comme un setter anglais arrive dans le patio ; elle est immédiatement rejointe par Mickey…
Mickey, lorsque je le regarde, je dois baisser le regard tant je suis gênée, scandalisée par la cruauté dont il a, lui aussi, été l’innocente victime … Mickey est amputé d’une partie de la truffe. Mickey, c’est la tendresse, il vient vers nous, il se met à notre jambe et espère les caresses. Oh bien sûr, la première fois que nous tendons la main vers lui, il ne se couche pas, il s’aplatit mais très vite il revient chercher une dose de câlin.
Nous enchainerons avec Camila, une boule de tendresse, affectueuse, câline, un de ces galgos qui dès qu’elle est près de vous, vous fait confiance. Que c’est bon ! Elle vient se blottir dans nos bras, fait quelques courses dans le patio, revient près de nous … Yepeto est là aussi. Lui c’est le sage, la force tranquille : avec lui, vous savez qu’il ne pourra plus rien vous arriver.

IMG_2282 IMG_2307

IMG_2388 IMG_2391

Déjà le dernier groupe … il est bientôt 18 heures, je n’ai pas vu le temps passer.
Amy la belle barbuda, Fray l’éternel adolescent et Bender nous rejoignent.
Amy c’est la gaité, c’est le rayon de soleil, c’est … particulier ! Elle vous enchante, vous envoûte … nous sommes sous le charme !!! Elle est Adorable !
Fray, c’est le beau bringé à la robe particulière, mélange d’or et de cuivre. Bien qu’il porte de nombreux stigmates de sa vie passée, Fray a décidé de garder toute sa confiance en l’humain. Il fait le pitre, sait qu’il est beau et est macho !
Enfin il y a Bender ; observateur, il regarde, analyse toutes les situations. Il comprend que la main de l’homme peut aussi caresser … alors il essaie de profiter.

 

IMG_2447 IMG_2459

IMG_2498 IMG_2372

Les galgos ont tous rejoint leur enclos respectif, ils sont prêts pour une bonne nuit de sommeil.

Mercredi 2 octobre

Nous passons une grande partie de notre matinée à revoir : Mickey, Bender, Anacordo, Gaby et Indio mais cette fois, nous avons décidé d’opter pour une méthode un peu particulière : ils viennent passer un petit moment avec nous dans le gîte. Le calme et le confort de « l’intérieur » sont propices à la détente.
Il se confirme que Mickey évoluera très très vite, Bender n’est pas loin d’apprécier notre compagnie, Anacordo est en net progrès et se rapproche davantage de l’être humain. Gaby, égal à lui-même, apprécie toujours d’être dans les bras et Indio, quant à lui, c’est la métamorphose : il suffit de voir sa décontraction sur les photos.
Ensuite, petite visite à la classe « des petits » pour voir Asha … l’espièglerie se lit dans ses yeux : nous souhaitons beaucoup de bonheur à ses adoptants …
Nous poursuivons notre après midi avec Faraon, Joseph, Alessandra, Charito et Indio : séance photo, parties de jeux pour les uns sous le regard dubitatif des autres ; il faut dire que le thermomètre affiche près de 30°.

IMG_2585 IMG_2588

IMG_2602 IMG_2650

En fin d’après midi, nous accompagnons une belge installée dans la région en mission de sauvetage dans une famille de galgueros. Les choses se passent sans encombre puisque nous rentrons avec Bartolo, un beau galgo bringé gris, ils nous permettent aussi d’emmener un chiot croisé, âgé de quelques mois.
C’est à regret que nous laissons derrière nous plusieurs galgos et podencos.
Sur le chemin du retour, nous apercevons Isabelle et Isa, toutes deux occupées à essayer d’attraper deux galgos errants dans un terrain vague. Nous leur prêtons main forte, très vite rejoints par Miguel …
Cette nuit les quatre chiens dormiront confortablement au refuge : Mission accomplie……

IMG_2734 IMG_2749

IMG_2753 IMG_2756

Jeudi 3 octobre

C’est au son de violents orages que nous nous éveillons. Durant toute la matinée, ce sont trombes d’eau qui s’abattent sur le refuge ; nous mettons à profit ce « chômage technique » pour avancer dans les évaluations.
Ca y est, une accalmie … et le soleil perce les nuages.
Nous faisons connaissance avec deux de nos derniers rescapés : Lolita et Bartolo.
Très à l’aise, ils jouent, courent, viennent chercher les caresses.
Notre travail est interrompu par l’arrivée de Luca et Lorenza. Luca est photographe et s’intéresse beaucoup aux galgos, au sort qu’il leur est réservé en Espagne. Il aime mettre en scène les galgos ainsi, ceux du refuge, sont parfois mis en valeur lors de défilés de mode …
Aujourd’hui, Luca, en plus de son appareil photos, a sa camera.
« Luca voudrait faire un reportage sur votre méthode de travail, filmer ce qui se passe à la Fondation, partir avec vous en « mission de sauvetage », … bref, il voudrait faire un film sur la vie de galgo » nous dit Pepe …
Durant tout cet après-midi, aidés de nos galgos, nous nous prêtons au jeu et revêtons nos habits d’acteurs !
Luca filme, photographie pendant que Lorenza pose inlassablement des questions …
Dans les principaux rôles : Golondrina, Congo, Ricky, Apache et Mickey. Quel plaisir de les voir assurer à ce point leur rôle de vedette…
19 heures, c’est avec soulagement que nous rangeons notre costume d’acteur. Demain est un autre jour, notre dernier jour au refuge …
Au programme de la matinée : tentative de sauvetage d’une galga blanche avec Miguel.

IMG_2767 IMG_2811

IMG_2814 IMG_2728

Vendredi 4 octobre

9 heures, Isabel vient d’arriver au refuge… : « je viens de croiser un galgo, il est étendu sur l’autoroute, mort peut-être … »
Nous embarquons dans la camionnette et nous rendons sur place. Là pas la moindre trace du galgo.
Nous décidons alors d’arpenter les bas côtés, longeons la berne centrale … et là, sur près de 200 mètres ce ne sont pas moins de 10 corps de galgos, podencos que nous enjambons mais pas la moindre trace du chien dont Isabel nous parlait quelques instants plus tôt.
Luca qui nous accompagne me demande : « ne crois-tu pas que la garde civile aurait pu emmener le galgo ? »
A sa question, je ne peux m’empêcher de sourire et de lui répondre : « ils ne sont pas « fichus » de venir quand on les appelle pour un galgo vivant, pourquoi se déplacerait-il pour un galgo mort ? »…
Ce galgo, nous ne le trouverons pas, peut-être n’était-il pas mort mais simplement étourdi … et qu’après avoir retrouvé ses esprits, il a continué sa course … c’est du moins ce que nous espérons.
Il est plus de 11 heures, nous retournons au refuge ; Miguel nous attend pour partir en sauvetage d’une galga.
Nous traversons Séville, ses beaux quartiers et ses quartiers historiques … pour finalement arriver dans un de ses anciens quartiers d’affaires aujourd’hui à l’abandon et en ruines.
C’est là que se trouve la galga !
Accompagnée de Luca, j’entre dans un bâtiment, l’état des lieux nous laissent penser que ses nuits, la galga les passe ici.
Je fais des photos encore et encore … Il faut que les adoptants connaissent l’envers du décor, l’autre côté du miroir. Il est certain qu’une fois au refuge, le chien ne craint rien, mais telle est sa vie d’avant.
Certains candidats adoptants me demandent si le chien sera propre lorsqu’il arrivera chez eux, s’il connait la maison et les escaliers … vous comprendrez avec les images qu’il faut tout leur apprendre !
Je sors du bâtiment et là, je me retrouve presque « nez à nez » avec la galga. Elle est beige, elle me regarde, marque un temps d’arrêt, hésite et puis repart. Miguel prépare l’appât, nous montons dans la camionnette, le piège est en place, nous attendons.
Dehors il fait chaud, très chaud et nous, dans le véhicule, nous n’en pouvons plus. La galga viendra encore et encore, à quelques mètres à peine de nous, elle renifle la nourriture mais ne s’en approche pas. Une heure, deux heures, trois heures passent, nous avons faim, nous avons soif, nous avons dans fourmis dans les jambes et n’osons pas bouger …
Je regarde l’heure, je devrais déjà être au refuge et avoir bouclé ma valise …
Nous décidons de ranger le matériel, laissons la nourriture, nous devons commencer le rituel. Demain, je sais que Miguel sera à nouveau là.
Nous prenons la direction du refuge. Je sais que Karine et François, restés tous les deux là-bas, passent la journée avec les galgos et les podencos, ils les sortent à tour de rôle dans le patio.
Il règne un calme dans la voiture … c’est la déception pour chacun de nous. Elle était si proche et nous, si près de l’avoir ….
Soudain, le calme est rompu ; Isabel au téléphone.
Elle et Pepe roulent en direction de Cadiz pour récupérer 7 galgos. Arrivés à un rond point explique-t-elle, ils ont aperçu un galgo et bien sûr nous l’ont suivi … Nous les rejoignons et Isabel nous indique le chemin, en fond de décor : baraquements, chemins en terre battue, épaves et carcasses de voitures … les moteurs se coupent devant la façade d’un bâtiment en pierres, un immense volet métallique est baissé mais pas jusqu’en bas. La curiosité est plus forte, je suis à plat ventre, l’œil dans le viseur de mon appareil photos, Luca, à côté de moi avec sa camera.
Miguel veut se glisser, il ne passe pas (trop de ventre surement), le comique de situation détent l’atmosphère… Isabel et moi entrons …
Un premier regard, là un chien, là un autre, puis un autre encore, …. Tous sont attachés par des chaînes. Là, des enclos, des chiens, eux i aussi attachés, là une caisse dans laquelle est attaché un petit podenco … Seule la galga est en liberté.
Là des poules, et dans quel état ! Au fond du terrain, il y a des chevaux et là, des lapins … Les chiens sautent, battent de la queue, veulent que nous les prenions …
Nous tentons d’attraper la galga. Elle viendra finalement vers nous. C’est la seul que nous pouvons aider, elle seule est en « liberté ». Nous attachons à son cou une laisse et l’emmenons.
A l’extérieur cela commence à s’agiter, le téléphone d’Isabel sonne : « Nous ne pouvons pas sortir » me dit-elle « des personnes sont ici devant, intriguées par les deux véhicules, ils veulent savoir ce qu’il se passe ». Vers le fond du terrain nous cherchons à nous enfuir, en vain. Tout est clôturé, c’est impossible d’escalader.
D’en-dessous du volet Pepe nous crie de faire vite, que la voie est libre. Isabel sort la première, je lui passe la galga.
Lorsque je m’extirpe enfin, je me sens soudain m’envoler, soulevée littéralement du sol par Pepe qui me précipite dans la camionnette, les moteurs tournent, les portières claquent, les deux véhicules démarrent. Dans la camionnette, nous rions, nous sommes heureux !..
Quelques centaines de mètres plus loin, nos chemins vont se séparer ; Isabel et Pepe continueront leur route vers Cadiz nous, c’est vers le refuge que nous roulons avec à nos côtés une nouvelle passagère … pas clandestine.
Nous la baptiserons « Ursula », elle est belle, elle hantera mon esprit très longtemps.
Une bonne douche, ma valise est bouclée … j’en ai des choses à raconter à Karine et à François.
Ici s’achève mon récit, c’est la fin du voyage … une page se tourne mais mon histoire avec les galgos ne s’arrête pas…

Patricia

IMG_2819 IMG_2820

IMG_2834 IMG_2882

Voir toutes les photos icidropbox


 Août 2013

Mercredi 28 août

C’est à l’aéroport de Charleroi que nous nous retrouvons Claudine, Bastien, François et moi. C’est la première visite au refuge pour les uns, c’est aussi un baptême de l’air pour Bastien ! Il est près de 20 heures lorsque foulons le tarmac de l’aéroport de Séville … 31° au thermomètre.
Après un long périple dans les faubourgs de Séville, nous arrivons enfin à la Fondation … nous sommes déjà jeudi matin. Orage, aboiements, …. la nuit fut bien courte.

Jeudi 29 août

Surprise !
A notre réveil, panne d’électricité et d’eau … Malgré un début de séjour jonché d’embuches, nous gardons le moral et surtout, nous ne perdons pas le sourire.
La journée commence par les retrouvailles avec nos amis du refuge ensuite, par une visite des lieux pour Clo et Bastien.
Bastien découvre Sole … Sole qui connaitra bientôt, auprès de lui, les joies de la vie de famille. Pour Claudine, c’est le moment où l’imagination rejoint le réel : « c’est encore mieux ! » dit-elle.
Tous les quatre nous passons une grande partie de la journée à découvrir, retrouver, caresser tous les chiens du refuge et ensuite arrive le moment des premières évaluations, le moments des jeux dans le patio.

IMG_0427 IMG_0527

IMG_0588 IMG_0385

450 photos plus tard, nous terminons les évaluations de la journée : Joseph, Casuarina et Lunita seront les premiers à nous rejoindre.  Ensuite, ce sera au tour de Desi, Apache, Congo et Alama.

IMG_0712 IMG_0697

Cette première journée nous a permis de découvrir des galgos et des podencos aux  merveilleuses facettes et prêts à être adoptés.
Cette première journée nous a aussi permis de découvrir Eeli dans ses jeux aquatiques.

IMG_0667 IMG_0342

Ce soir, nous tâcherons de nous coucher de bonne heure puisque demain matin, il est prévu que nous partions pour une « mission de sauvetage ».

Vendredi 30 août

C’est aujourd’hui qu’une vingtaine de galgos ainsi que Burbuja quittent la Fondation pour rejoindre leur famille en Italie … la semaine prochaine, c’est pour la Belgique que le camion prendra le départ et ramènera : Cleo, Chico, Sole, Lluvia, Bruna, Iris, Sombra, Tibet et Madalena.

IMG_0788 IMG_0781

Il est 10 heures lorsque nous partons pour notre « mission sauvetage »…

SAM_0081 SAM_0084

Avant son départ pour l’Italie, Isabel nous a fait les dernières recommandations : « soyez prudents, n’emportez pas d’appareil photos et surtout pas d’argent … »
C’est une fois de plus dans les quartiers pauvres de la périphérie de Séville que nous nous rendons.Au coin d’une rue, nous apercevons un premier galgo … Miguel s’approche, l’appâte et le capture rapidement.  Immédiatement, nous le chargeons dans la camionnette et démarrons.  Il faut dire que cet endroit est fort peu engageant et n’incite pas à la flânerie. En moins de cinq minutes nous sommes encerclés par des gitans.
A quelques encablures de là, nous sommes interpelés par un gitan qui se débarrasse d’une galga. Celle-ci présente une fracture ouverte à la patte avant … Nous la montons dans le véhicule, reconnaissante la galga nous lèche les mains et se couche, confiante.

La police nous conseille de quitter les lieux, une opération délicate est en cours … nous reprenons notre route et procédons au sauvetage d’un troisième galgo.  Plus méfiante, la galga ne se laisse pas capturer facilement …
Des galgueros tentent de nous approcher, regardent dans le coffre les trois galgos capturés : ils sont équipés de cordes et de barres de fer.  Nous comprenons ici toute la portée des paroles d’Isabel et prenons la sage décision de rentrer à la Fondation.

Nous voici au refuge et découvrons enfin nos trois rescapés.  Ils sont baignés, déparasités et baptisés :
Romeo, Maelle et Romy.  Pour cette dernière, nous lançons une campagne spéciale de parrainage pour son opération qui est programmée la semaine prochaine.

IMG_0821 IMG_0825

La journée continue son cours par nos traditionnelles évaluations.  Se succèderont dans le patio : Alcora une galga noire, Pumuki le podenco sable que nous avons surnommé « le fennec », Alexandra l’autre galga noire mais celle-ci avec un peu de blanc, Polola une étrange podenca noire, Fullur, le podenco à poils longs et durs, Luisito notre beau bringé, Golordino la galguita âgée de 6 mois, Roble2 à la belle couleur sable et enfin Adan, le galgo noir.

IMG_0934 IMG_1028

IMG_1099 IMG_1069

Avant de nous coucher, nous rendons une dernière visite à Maelle et Romeo qui passent leur première nuit au refuge, Romy se trouve à l’infirmerie.
Il est deux heures du matin, je termine la rédaction du compte rendu de la journée, notre deuxième journée au refuge est terminée…

Samedi 31 août

Il est 9 heures lorsque nous débutons les évaluations mais déjà le soleil est plus que présent et la chaleur étouffante.
Nous sommes plein de bonne volonté, essayons d’amuser les galgos, de les faire courir … mais en vain.
Montero s’agite un peu, court vers le seau, boit, nous regarde, met une patte puis l’autre, s’agite, …
il s’amuse. Fait la fête, recourt, retourne vers le seau, remet une patte, l’autre, court et … se couche !
Montero nous inspire : il fait trop chaud pour travailler !… à l’extérieur !!!
Nous décidons de rentrer et mettons ensemble le fruit de nos évaluations.
Claudine quant à elle décide de retourner aux enclos et de continuer à promener les chiens : chacun aura droit, durant le séjour à sa balade : galgos, podencos et les autres races, comme nous les appelons ici.
19 heures, l’air devient respirable, nous décidons de reprendre les évaluations et la séance photos …
Nous accueillons dans le patio notre pitre Pixi, notre clown Montero (toujours en forme et jamais à court d’idées pour nous amuser), Genova qui n’est jamais la dernière pour lancer une course et notre perle Orchidea.

IMG_1297 IMG_1543

Voilà, les quatre « sont dans la boîte », c’est au tour des petits « pods » de nous rejoindre.
Mary est un amour, elle a le regard tendre et empreint de gentillesse, Gaby qui est devenu magnifique, son poil chocolat brille au soleil. Anacordo est là aussi, en net progrès il invite Marcos à une partie de jeu … et Marcos qui nous étonne par cette assurance qu’il a gagnée ces derniers mois.
Nous terminerons cette journée avec les photos de Maelle, Romeo que nous avions « récupérés » la veille et qui viennent de passer leur première journée au refuge et le merveilleux Ricky qui est appelé par Claudine « 3B », comprenez Bon, Brave et Beau !
Terminer une journée d’évaluation avec Ricky nous a re boosté tant il dégage de la joie de vivre.

Dimanche 1 septembre

François quitte le refuge et rentre en Belgique, c’est à trois que nous terminerons le séjour.
Il n’y a pas de dimanche pour les galgos ! Nous poursuivons les évaluations.
Nous sortons White, actuellement en traitement pour une maladie de peau.
Ensuite Domino, un des plus anciens locataires du refuge viens nous retrouver.
Dartanian arrive, c’est un pitre, il est suivi par Sandro et Lucky. Tous les trois engagent, pour notre plus grand plaisir, des courses-poursuites. Mais il fait très chaud et les galgos nous le font savoir : ils se couchent dans le sable. Ciro2, depuis longtemps à l’adoption sur notre site, nous plait beaucoup. Il est adorable et tellement heureux d’être auprès de nous. Nous accueillons, pour terminer, le majestueux Silver et Rosendo et ses beaux yeux d’amour.
Voilà, déjà le soleil se couche et en moins d’une demi heure il fait nuit noire.

IMG_1550 IMG_1840

Lundi 2 septembre

Je mets « en musique » les évaluations, Claudine et Bastien promènent les chiens, font les évaluations avec les chats.
Je vois, fin de journée, Pelos Duro, qui me fait comprendre que ce serait tellement mieux le matin et qui ne se prête pas volontiers à la séance photo.
C’est ici que s’achève notre séjour, demain nous quitterons le refuge et chacun d’entre nous regagnera sa maison.
J’ai sais déjà combien nous aurons le coeur serré, je sais la multitude de souvenirs que nous emporterons dans un coin de notre tête.
Je sais que chacun de nous sera différent, c’est ce genre d’expérience qui vous change, qui vous fait grandir…

Mardi 3 septembre

Ca y est, l’heure du départ a sonné mais avant de quitter le refuge, comme je l’avais promis aux adoptants, j’immortalise les derniers instants de Sole, Chico, Madalena, Bruna, Sombra, Tibet, Lluvia et d’Iris dans le patio. C’est auprès de la vétérinaire que je retrouve Cleo … quant à Orchidea dont l’adoption a été confirmée ce matin, c’est dans les bras de Morphée que je la retrouve, je ne veux pas déranger son sommeil. Afin qu’elle puisse faire un beau sourire à sa nouvelle famille, elle a eu droit au presque traditionnel détartrage…
Là, il est vraiment temps de « lever le camps ».
Merci à Claudine, François et Bastien pour votre aide, j’espère que ce voyage aura répondu à vos espérance et que comme moi, vous rentrez des images plein la tête.

Patricia

Voir toutes les photos icidropbox


Avril 2013

Avril à Séville

Cela aurait pu être le titre d’un film ou d’un beau roman mais dans la réalité ce n’est en rien cela…
La semaine dernière, certains galgos sauvés de la perrera de Bajadoz n’ont pu arriver en vie au refuge tant leur état était famélique. C’est pour ma part, la deuxième fois que je vais au refuge. Patricia m’avait déjà dit que la situation des galgos s’aggravait ; j’ai pu le constater.
Je n’avais jamais vu aut ant de queues coupées, de cicatrices corporelles,.. En discutant avec Gisela, la présidente, elle renforce notre sentiment, elle non plus n’a jamais connu une telle situation, elle parle d’une année noire ! La crise que l’Espagne connaît n’y est sans doute pas pour rien…

Mardi 9 avril

Notre journée sera consacrée aux évaluations.mais avant de commencer nous nous rendons au quartier de quarantaine pour y voir quelques chiens : Tibet qui nous fait une belle impression, Tarita qui attend de rejoindre sa famille elle est en convalescence suite à sa stérilisation.Nous lui faisons le plein de bisous pour la faire patienter.
Nous nous attelons à mettre sur papier notre planning de manière rationnelle afin de perdre le moins de temps possible. Puis nous débutons par le premier groupe composé de Lasso,le beau blanc, Bruna et Milton.
Suivent la très enjouée Lana, Koréano le beau noir avec son bout de queue « croquée » et Greta la chrysalide qui va se transformer en magnifique galga.

IMG_9143 IMG_8690

Mercredi 10 avril

Nous arrivons au refuge et nous nous entretenons avec Ricardo, l’éthologue qui travaille trois chiens dans un des patios. Nous lui demandons de bien vouloir nous donner son appréciation sur Faro, un très grand galgo blanc qui reste terré dans son enclos. Il va le chercher et nous propose de nous balader pour l’observer. Notre promenade nous amène en dehors du refuge pour voir ses réactions aux différents stimuli, Ricardo me propose de tenir la laisse et le piège se referme doucement …je voulais l’aider en le mettant sous les «  »projecteurs », lui donner une chance de s’en sortir. Les rencontres ne sont pas dues au hasard…il viendra nous rejoindre en mai !

1

Jeudi 11 avril

Encore quelques évaluations : Fido avec sa petite ligne blanche sur le museau, Willy le « petit format », Aaron puis Spice, je pensais aller chercher un mâle,je reviens avec une femelle, nous avons donc ajouté « girl » sur sa fiche d’évaluation et « the last but not least » la magnifique Teska !
Puis viennent : le très calin Bono, le beau Tibet de la quarantaine et la douce Canija.

IMG_8936 IMG_8929

Le refuge ce sont des rencontres, des émotions mais aussi des moments de jeux, les miens je les ai passé avec un petit chien handicapé du train arrière qui file comme l’éclair, non ce n’est pas Buzz son nom !
Eli dégage une joie de vivre et adoooore jouer à la balle.Il ne quittera sans doute jamais le refuge et toute l’équipe est au petit soin pour lui et son comparse d’infortune, lui aussi appareillé.

IMG_8793

Vendredi 12 avril

Réunion avec le staff du refuge afin d’organiser les retours et déjà, il est l’heure pour nous de boucler nos valises.
Ces quatre jours sur place à travailler au contact des galgos m’ont reboosté.
Merci à Patricia de me permettre de la soutenir dans son combat.

Voir toutes les photos icidropbox


Février 2013

Mercredi 20 février :

C’est le jour du départ pour un nouveau voyage au refuge.  Cette fois, c’est à trois que nous partons : François et Karine m’accompagnent.
18h30 : arrivée à Séville. Isa et Andres nous accueillent.
Durant tout le trajet vers refuge, nous serons informés des derniers sauvetages et de la situation dramatique en Espagne.

Jeudi 21 février :

Si hier, c’est sous un soleil couchant que nous sommes arrivés en Espagne, ce matin c’est avec une pluie diluvienne que nous commençons cette journée.
Un premier tour dans le refuge et très vite comprenons à quel point la situation est difficile.
Ici la saison de chasse est terminée, et si en décembre les galgos étaient déjà très abîmés, aujourd’hui, près de trois mois plus tard, les stigmates de la maltraitance sont davantage visibles. Les galgos sont abîmés, mutilés, brûlés, coupés, … et tellement fatigués.
Ces trois dernières semaines, bien que déjà complet, le refuge a dû accueillir 170 chiens supplémentaires, essentiellement des galgos.

La semaine dernière, une chasse était organisée dans un «pueblo», comprenez un quartier de la périphérie de Séville. Là un groupe d’individus tiraient à vue sur les chiens. Miguel réussira a en sauver 3 …

Je déambule dans les enclos et la tristesse me gagne ; là Ana, le museau brûlé à l’acide ensuite, Pepa qui n’a plus que la peau sur les os et qui fait l’effort de se lever pour venir me saluer.  Au moment où je vous écris ces lignes les larmes me montent aux yeux, tant c’est difficile …
A côté, il y a Bambù, jetée d’un train … la patte cassée et  il y a tous les autres …

IMG_6249 IMG_6719

IMG_6261 IMG_6262

Nous établissons notre liste pour les nouvelles évaluations. Aujourd’hui, impossible de sortir les chiens vu les conditions météorologiques.

Vendredi 22 février

Notre liste établie, nous partons tous les trois à la rencontre des galgos et podencos pour lesquels nous allons, dans les prochaines semaines, déployer toute notre énergie.
Ca y est, nos évaluations peuvent commencer. Les groupes s’enchainent dans le patio.

IMG_6448 IMG_6453

IMG_6680 IMG_6789

IMG_6308 IMG_6441

Samedi 23 février

Enfin une journée « presque » sans pluie, enfin nous travaillons de manière un peu plus sereine.
Karine dédie son temps aux galgos les plus craintifs, aux plus timides. Elle passera, avec eux, de longs moments de complicité …

IMG_7331 IMG_7432

IMG_7462 IMG_7103

François, quant à lui, tente «  d’amuser la galerie ». Il court tant et plus avec les galgos et les podencos mais, ce n’est pas gagné … les câlins c’est tellement agréable !

IMG_7336 IMG_7362

IMG_7363 IMG_7392

Pendant que nous sommes en Espagne, en Belgique, Cécile, Claudine, Jean Pierre et Bastien font une journée de sensibilisation. Au cours de la journée nous recevons de leurs nouvelles, tout se passe bien pour eux. Je sais aussi tout le courage qu’il faut à Cécile. Indy est malade (ex Maïté). elle a été « hospitalisée ». Bien que le pronostic ne soit guère encourageant, nous avons confiance en elle et savons que notre « petite mère courage » se battra jusqu’au bout. Depuis l’Espagne toutes nos pensées vont vers elle.

Dimanche 24 février

Ce sera la plus belle journée, du point de vue de la météo, de notre séjour : ciel bleu, soleil ; du coup, cette escapade au patio plait beaucoup tant aux galgos qu’à nos « petits formats », comme nous nous plaisons à les appeler !!

IMG_7583 IMG_7743

IMG_7979 IMG_8033

Nous pouvons davantage passer de temps avec eux sans devoir nous stresser car nous pressentons les averses arriver.
Les chiens jouent, s’amusent et nous montrent qu’ils sont capables de quelques cabrioles (qui nous amusent beaucoup d’ailleurs).
Le temps passe vite, trop vite. Nos groupes d’évaluations se sont enchaînés et nous, nous avons profité des instants de bonheur, de joie que chacun d’eux nous a apporté.
18 heures, nos évaluations sont bouclées, il nous reste à mettre notre site web à jour.
Durant cette soirée, Karine, François et moi refaisons une fois encore le monde, nous nous demandons comment, après tant de souffrances, les galgos sont encore capables de tant d’amour, de tant de confiance ….

Lundi 25 février

Ca y est, nous bouclons nos valises…
Cette dernière matinée au refuge, nous la réservons à tous les adoptés, ceux qui, le 16 mars prochain seront en Belgique.
C’est une ambiance récréative dont tous les trois nous avions besoin.

Nous arrivons à l’aéroport, Cécile m’envoie un message : Indy sera opérée ce mardi.
Durant le vol, nous nous remémorons les évaluations, les anecdotes, les moments de joie et ceux plus difficiles … Notre séjour est terminé.

IMG_8197 IMG_8219

IMG_8259 IMG_8183

Epilogue

Mardi, Indy a été opérée … et c’est avec beaucoup de peine que nous apprenons la bien triste nouvelle : Indy nous a quitté, paisiblement.
Ce voyage lui est dédié.

Patricia

Voir toutes les photos icidropbox


Janvier 2013

22 janvier 2013

Ce premier voyage en Espagne est particulier pour moi puisque je ne me rends pas au refuge mais à Madrid …

… A Madrid, c’est là que se trouvent les galgos dont j’ai un jour croisé le chemin au refuge et qui, à cause d’une maladie trop lourde à soigner pour qu’ils puissent rester au refuge,  à cause d’un grave trauma ont dû, comme nous disons, remonter à Madrid afin d’y être opérés, soignés et poursuivre tranquillement leur convalescence.

A mon arrivée, je suis immédiatement accueillie par Valentino.  Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est très démonstratif : il saute, court, me lèche, tourne sur lui-même tel un derviche tourneur … au premier coup d’oeil je me rends compte que sa patte va très bien !

IMG_5979 IMG_5995

Flavio est là également, il vient m’accueillir. Victime d’un accident, il était arrivé au refuge avec une patte « folle ».  Une première arthrodèse avait été pratiquée.  Tout évoluait très bien, Flavio passait sa convalescence au milieu des autres galgos et puis un jour, nouvel accident.  Alors qu’il courait avec les autres, Flavio trébuche.  Immédiatement transporté à la clinique vétérinaire de Madrid, les radios montreront une  fracture de la patte, ..une nouvelle arthrodèse sera pratiquée … Flavio aujourd’hui se porte bien, il se remet de cette triste aventure et attend une famille

IMG_5944

Monica est là également.  Elle aussi était arrivée avec une grave fracture d’une patte postérieure.
Elle se remet paisiblement du traumatisme.  Elle est toujours appareillée.  Nous attendons les résultats de ses dernières radios et nous commençons à penser à son retour en Belgique … puisque sa famille l’attend avec impatience…

IMG_5943

Il y a aussi Maria qui avait été récupérée dans un terrain vague, quelques jours après Monica.  Elle avait le bassin fracturé.  Chaque jour, Maria évolue, prend du poids et reprend confiance en l’humain. Il  y a aussi Nureyev le beau galgo blanc appelé ainsi à cause d’une fracture  mal consolidée qui met sa patte dans une position telle qu’elle rappelle celle d’une position des pieds en danse classique.

IMG_5947 IMG_5956

Et puis il y a Francisco, lui aussi à subit une importante opération de la patte et comme Monica, il est, lui aussi, appareillé.

IMG_5952

Et puis il y a Roberta, la podenca, arrivée avec les deux hanches fracturées, il y a Alicia une petite galga tellement maigre qu’il est impossible de l’opérer maintenant et qui, elle aussi, a subi un important traumatisme à la patte ; et aussi Iris, avec sa patte tordue et en fin de traitement de leishmania.  Et puis …

IMG_5982 IMG_5972 IMG_5990

Tous les jours des galgos arrivent dans des états terribles, les fractures des pattes ne se comptent plus, les galgueros ne se sont pas encore lassés de leur « nouveau sport » : abandonner le galgo sur les voies rapides, sur les autoroutes … je vous laisse imaginer la suite.

10 galgos poli-traumatisés sont arrivés au refuge ces 8 derniers jours : une chose est certaine, si le nombre de galgos martyrisés, abandonnés ne diminue pas,  l’imagination des galgueros pour les mutiler, elle non plus ne diminue pas !

L’un de mes galgos  a passé, ici, à Madrid, une année de sa vie et, en le quittant ce matin je lui ai glissé au creux de l’oreille : «  je vais voir où tu vivais avant d’être près de nous »…

Mercredi 23 et jeudi 24

Ici les journées s’écoulent paisiblement, ponctuées par les repas, les balades et les siestes … c’est pour les chiens comme un avant goût de ce qui se passera lorsqu’ils seront dans leur famille d’adoption …
Mes mains ne suffisent pas … tous viennent à tour de rôle réclamer les caresses et comme je ne veux pas faire de jaloux … je cède !

Ce jeudi matin, Maria part pour la clinique vétérinaire où elle sera stérilisée.  Il faut encore un peu l’aider à se lever néanmoins, elle prend  beaucoup de plaisir à se promener.
Ah la promenade !
Celle du matin débute à 6h et dure 1h30 et lorsque nous rentrons, la maison se transforme en dortoir. Les uns scrutent avec envie la place des autres, là, c’est Noureyev qui s’étire car il ne prétend pas partager sa place … bref, une vraie vie de chien !!!

IMG_6006 IMG_6001

IMG_6000 IMG_5998

Dès aujourd’hui, Iris, Valentino rejoindront Flavio à la page des galgos à l’adoption.
Encore quelques photos, des évaluations …

IMG_6014 IMG_6032 IMG_6068

… Ce soir je serai de retour chez moi,  des souvenirs plein la tête, heureuse d’avoir revu Flavio, Valentino, Maria, Monica et tous les autres … de voir comment ils vont bien et de quelle manière ils ont évolués et garderai très longtemps au plus profond de moi le souvenir de leur regard …

IMG_6009 IMG_6005

IMG_6007 IMG_6008

Voilà, ma valise est bouclée, je vais encore un peu rester et profiter de beaux moments de tendresse auprès d’eux… Un appel de la clinique vétérinaire, Maria se réveille, la stérilisation s’est bien passée … très vite, à elle aussi, nous chercherons une famille !

IMG_5949

Voir toutes les photos icidropbox

Share Button