Réflexion sur l’abandon dans les associations de galgos…

Réflexion sur l’abandon dans les associations de galgos…

Share Button

Tous les motifs sont bons et ce sont toujours les mêmes qui sont mis en avant par les propriétaires peu scrupuleux, « agressivité, destruction, accident de la vie, maladie, séparation, je n’ai pas le choix », c’est toujours la même rengaine et nous connaissons la chanson par cœur.

Nous-mêmes, les associations sommes confrontées à ce même problème récurrent et c’est peut-être pire encore puisque nos adoptants « abandonneurs » ne parleront pas d’abandons mais de replacements, une bonne façon de se déculpabiliser de cet acte odieux et lâche, tout aussi condamnable et traumatisant pour le chien.

Nous devons donc aujourd’hui sensibiliser davantage chacun de nos postulants sur le fait que l’acte d’adoption doit être un acte réfléchi et non compulsif, sur le fait que le chien est un être vivant et non une peluche, et qu’il devra faire partie intégrante de la vie de famille.

On ne compte plus les formulaires envoyés sur un coup de tête lors d’un coup de blues ou ceux qui sont remplis avec tant d’exigences vis-à-vis de l’animal qu’il nous est impossible d’y donner suite « il devra rester seul à l’appartement 10 h durant, ne pas aboyer surtout ni dedans ni dehors, être propre, câlin surtout, gentil avec les enfants » et j’en passe et j’en passe….

On entend souvent « j’ai beaucoup d’amour à donner » mais l’amour ne suffit pas !!!!!

Le chien devra correspondre aux attentes de l’humain qui aura jeté son dévolu sur lui sans se préoccuper de ses besoins vitaux, il est bel et bien là le problème.

On consomme du chien comme on consomme un bien et il sera mis au rebut dès lors qu’il ne correspondra pas aux attentes du propriétaire.

Les galgueros font exactement la même chose en Espagne sauf qu’eux ne se targuent pas d’aimer leurs chiens et qu’eux ne leur avaient rien promis alors que vous, si.

Les associations en général n’osent pas parler « des abandons » auxquels elles doivent faire face, de peur d’essuyer des critiques pour mauvais placements alors que nous sommes tous logés à la même enseigne et que malgré toutes les précautions prises les retours sont plus fréquents et pire encore banalisés par les adoptants.

De toute façon, et nous le savons pertinemment, lorsqu’un dossier est refusé pour diverses raisons dans une association sérieuse il sera très souvent accepté au sein d’une autre …., ce qui laisse libre cours et libre choix aux postulants qui bien souvent, font leurs demandes dans plusieurs associations de façon à être certains d’être bien servis et d’avoir un plus grand choix. Nous devenons des « commerciaux » à leur yeux !

On remarque également que de plus en plus de galgos et de podencos se retrouvent dans les refuges, soit ce sont des chiens qui sont ramenés d’Espagne par des particuliers, soit ils émanent d’associations peu scrupuleuses, et il y en a, qui ne reprennent pas les animaux qu’elles ont placés ou qui ont tout simplement fermé leurs portes.

En effet nous constatons actuellement une forte recrudescence d’associations diverses qui voient le jour, que ce soit pour les galgos ou pour les chiens de Roumanie, de Guadeloupe, et qui au bout de quelques années ne seront plus actives, et ce seront des centaines de chiens qui seront ainsi laissés sur le carreau et qui finiront dans les refuges.

Toutes les causes animales sont belles et honorables à défendre, mais il faut également prendre en compte le devenir de ces chiens qui vont être rapatriés «  pour cette bonne cause justement » et réfléchir en amont aux conséquences et aux responsabilités engendrées par le fait de créer une association de protection animale qui devra être pérenne et non pas créée sur un coup de tête par deux ou trois personnes qui n’auront aucune conscience de cette problématique aux  conséquences dramatiques pour les animaux qui seront abandonnés dans les refuges.

La création d’une association quelle qu’elle soit doit être elle aussi un acte réfléchi et responsable tout comme l’adoption.

Vous allez être un certain nombre à abandonner votre chien cette année et les années suivantes, soit pour partir en vacances, soit parce que vous estimerez avoir d’autres bonnes raisons pour cela.

Sachez que l’acte que vous allez commettre est un acte condamnable et qu’en aucun cas nous ne le cautionnerons quelle que soit les raisons que vous invoquerez.

Très peu d’abandons perpétrés en toute impunité au sein des associations ne peuvent être considérés comme des retours justifiés.

Share Button