La torsion du lobe pulmonaire.

La torsion du lobe pulmonaire.

Share Button

Je vous dois une explication quant à la genèse de cet article. J’ignorais complètement cette pathologie, jusqu’au jour où un adoptant m’a fait part que sa galga en avait fait une. J’ai cherché à me documenter, en ai parlé à notre vétérinaire, …et découvert que les lévriers étaient une race prédisposée ;-( 

Il m’est apparu dès lors, important de vous en informer, voici un petit résumé de ce que j’ai pu lire et notamment auprès du Docteur Poncet, un spécialiste français en chirurgie. 

  • Points importants

Une torsion de lobe pulmonaire désigne le mouvement anormal d’un lobe du poumon autour de son pédicule vasculaire et bronchique. Il s’agit d’une urgence chirurgicale, qui met en jeu le pronostic vital.

Le traitement est chirurgical et consiste à retirer le lobe pulmonaire atteint. Le pronostic est bon avec une prise en charge lourde.

  • Qu’est-ce qu’une torsion de lobe pulmonaire chez le chien ?
Les poumons du chien

La torsion du lobe pulmonaire chez le chien est une affection grave et rare. Elle désigne un mouvement anormal d’un lobe pulmonaire qui tourne autour de son attache et reste dans cette position. Cette torsion entraine une occlusion bronchique, vasculaire et lymphatique, à l’origine d’un œdème, d’une hémorragie, et d’une nécrose du tissu pulmonaire.
Certains lobes pulmonaires sont plus fréquemment atteints (lobe moyen droit et lobe cranial gauche).

Une torsion de lobe peut apparaître spontanément chez les chiens, ou être secondaire à une cause sous-jacente permettant une plus grande mobilité pulmonaire telle qu’un chylothorax, un pneumothorax, un traumatisme, un collapsus bronchique, une chirurgie thoracique, une maladie respiratoire ou encore une tumeur.

Quelles sont les races prédisposées aux torsions de lobe pulmonaire chez le chien ?

Les chiens ayant un thorax large et profond sont prédisposés à ce type d’affection, en particulier les Lévriers (133 fois plus à risque que les autres races !). Le carlin est également fréquemment touché. D’autres races sont aussi concernées, mais moins fréquemment atteintes : beagle, caniche nain, yorkshire terrier.

Quels sont les symptômes, ou signes cliniques, d’une torsion de lobe pulmonaire chez le chien ?

Les symptômes sont variables et non spécifiques, et incluent des difficultés respiratoires (dyspnée, tachypnée), fatigue, fièvre, perte d’appétit, vomissements, toux, et saignement buccal ou nasal (épistaxis).
L’auscultation du thorax peut mettre en évidence une diminution focale des bruits respiratoires, ainsi que des râles et sifflements respiratoires.

Comment diagnostiquer une torsion de lobe pulmonaire chez le chien ?

Une prise de sang peut révéler une augmentation des globules blancs, accompagnée ou non d’une anémie. Une analyse du liquide présent dans le thorax peut aider au diagnostic.
Le diagnostic définitif fait appel à des examens d’imagerie plus ou moins complexes.
Face à des troubles respiratoires (toux, dyspnée, tachypnée), des radiographies peuvent être réalisées en première intention, pouvant mettre en évidence la consolidation d’un lobe pulmonaire, de l’épanchement pleural, de l’emphysème pulmonaire, un déplacement bronchique et/ou de la trachée, … Cependant, ces anomalies ne sont pas spécifiques et peuvent être rencontrées secondairement à d’autre processus tels qu’une bronchopneumonie. Enfin, la présence de liquide autour des poumons peut gêner la visualisation radiographique des lobes pulmonaires atteints.
Lorsque les radiographies sont équivoques, d’autres examens d’imagerie doivent être pratiqués (échographie, bronchoscopie) et la réalisation d’un scanner permet le plus souvent de confirmer le diagnostic

Quel est le traitement des torsions de lobe pulmonaire chez le chien ?

Le traitement initial est un traitement de support qui vise à stabiliser le chien. Un drainage de l’épanchement pleural peut être pratiqué, les chiens sont placés sous oxygène et sous perfusion. Si une cause sous-jacente est identifiée, celle-ci doit être traitée.
Le traitement définitif repose sur le retrait du lobe pulmonaire atteint. Il n’est pas possible de simplement le détordre, car celui-ci a trop souffert et n’est plus viable.
Une thoracotomie est alors pratiquée du coté atteint, et le lobe pulmonaire est retiré. On considère qu’il est possible de retirer jusqu’au 50% du volume pulmonaire d’un chien sans altérer la fonction respiratoire.
Une hospitalisation post-opératoire de quelques jours est nécessaire afin de surveiller l’apparition d’éventuelles complications. Enfin, le plus souvent, un drain thoracique est positionné à la fin de l’intervention chirurgicale.

Quel est le pronostic des torsions de lobe pulmonaire chez le chien ?

Le pronostic va de  » bon « à « réservé » selon les patients et la présence éventuelle d’une cause sous jacente, avec un taux de survie après lobectomie variant de 50 à 60% selon les études. Une récidive de torsion de lobe, bien que rare, reste toujours possible.

 

Share Button