La Russie éradique les chiens errants en prévision de la Coupe du Monde.

Share Button

Un programme lancé par le gouvernement russe éradique les chiens errants dans les villes qui accueilleront la Coupe du monde 2018.
Comme avant les Jeux olympiques de Sotchi de 2014, la Russie a choisi d’éliminer les chiens errants des villes qui accueilleront la Coupe du monde 2018 en juin et juillet. Les associations de défense des animaux ont prévenu la Fifa, alors que le gouvernement russe finance un programme qui tue des milliers de chiens dans les 11 villes hôtes du prochain Mondial. En France, la fondation 30 millions d’amis dénonce cet « abattage ignoble » et a écrit à l’ambassadeur de Russie en France après avoir alerté le président Vladimir Poutine.

Un budget d’1,4 million d’euros.

Lancé par l’ex-ministre des Sports Vitali Moutko, impliqué dans le scandale de dopage étatique russe, ce programme d’extermination coûte l’équivalent d’1,4 million d’euros au Kremlin selon un article publié sur Svoboda et repéré par Courrier international jeudi. « Ils ont capturé nos chiens, et le jour même, on a su qu’ils avaient été tués”, s’insurge Nadia Sergueeva.

Utilisation de sarbacanes

A l’instar de cette bénévole, certaines fondations de défense des animaux, comme le refuge Dino de Volgograd, qui accueillera quatre rencontres du Mondial, signalent que les chiens abattus sont parfois stérilisés et vaccinés. Un collier indique ces informations, ce qui n’empêche pas les fourrières ou sociétés chargées d’agir de se débarrasser des animaux. Parfois en utilisant des sarbacanes dont les flèches sont empoisonnées à la ditiline, une substance qui provoque des suffocations dans d’atroces souffrances.

Des primes pour chaque bête tuée.

Début 2018, la commission parlementaire pour l’écologie et la protection de la nature a sollicité le ministre Pavel Kolobkov pour qu’il épargne ces pauvres bêtes. “L’abattage de chaque chien coûte entre 6000 et 9000 roubles (Ndlr, entre 85 et 130 euros. Avec cet argent, on pourrait aisément financer la capture, la vaccination, la stérilisation et le maintien de ces animaux dans des refuges”, a déclaré Vladimir Bourmatov, président de cette commission. Certains chiens domestiques seraient également victimes de ce programme, pour gonfler les chiffres et permettre aux chasseurs de chiens errants de toucher les primes récompensant chaque bête tuée.

Share Button