En Andalousie, Ariane touriste belge rencontre Allan le galgo espagnol adopté à la FBM !

En Andalousie, Ariane touriste belge rencontre Allan le galgo espagnol adopté à la FBM !

Share Button

J’ai fait une belle rencontre ce midi et franchement je ne pensais pas vivre cela un jour ici en Andalousie.

Voici Allan adopté il y a quatre mois par ce jeune andalous à la FBM de Séville, comme Fany ma galga et nombre de nos protégés.

Quand j’ai vu ce beau galgo dans la rue avec son beau collier, bien dans ses pattes avec un jeune maître de type espagnol au bout de sa laisse je n’en croyais pas mes yeux, ici c’est tout à fait incongru j’ai de suite été vers eux pour avoir mon câlin galgo, que dire j’ai fait un bond délaissant Serge et apéro !

Allan et son maître andalou.

 Nous avons un peu parlé (un mix d’espagnol et d’anglais), il était content de savoir qu’en Belgique nous adoptons des galgos, étonné de savoir que samedi dernier 20 galgos avaient trouvé une famille aimante, heureux de savoir que Fany avait fait le voyage il y a deux ans.
Horrifié que je puisse le prendre pour un gualgeros qui tire son chien pour le faire courir jusqu’à épuisement pourtant je sais trop bien qu’un tel salaud serait trop honteux de se promener en ville avec son non/chien qu’est le galgos pour lui.
Heureux de savoir que hors Espagne il y a un asile pour les galgos, gêné aussi de la barbarie de cette pratique dans son pays….

Il nous a même remercié…. tellement sincèrement.
Et là franchement les moments de découragement s’atténuent, une petite étoile passe et je suis revenue après encore un gros câlin / bisous au bel Allan, le galgo vers mon apéro.

J’étais tellement contente de voir ce « miracle « en Andalousie, terre de martyr de nos amours de chiens, mes expériences précédentes étant tellement différentes.
Cela fait maintenant 30 ans que je passe avril sur la Côte andalouse, un jour nous avons fait une incursion dans l’arrière pays, loin des chemins touristiques, dans un village au milieu de la route (en terre) un chien agonisait, je suis sortie de la voiture demandant un vétérinaire aux hommes alentours, j’ai dû remonter bien vite dans l’auto tellement ils étaient agressifs, il y a 25 ans je croisais mon premier galgo mais je ne connaissais même pas cette sorte de lévrier.
Il est entré dans mon cœur.
Peu après j’ai su et je me suis dit un jour j’en aurai un.

Voici mon petit témoignage d’espoir, ce serait tellement beau de voir nos galgos enfin aimés et considérés comme CHIENS de compagnie et d’amour comme le fait ce jeune espagnol dans son pays.

J’ai oublié de préciser qu’ici se promener avec un galgo est réellement un acte de courage. Mon copain Antonio à qui j’ai dit il y a deux ans que j’attendais Fany m’a dit que lui espagnol n’oserait jamais

Ariane.

Share Button